Ces idées reçues sur l’immobilier totalement fausses
  • Localisation Exemples :  5775015Niceétranger
    • Pièces :   
    • Surface :   
    •  m²
    •  
    •  m²
  •  
    • Budget :   
    •  €
    •  
    •  €

Marché de l'immobilier, Crédit immobilier, L’immobilier Neuf, Droit immobilier

Ces idées reçues sur l’immobilier totalement fausses

Publié le 12/04/2017

VERIF’ IMMO. Oui, il est possible de négocier dans le neuf. Non, les prix de l’immobilier n’augmentent pas partout. Faux, les notaires n’empochent pas la totalité des "frais de notaires" … ces 7 clichés sur l’immobilier toujours tenaces.

1/ Oui, les locataires ont le droit de réaliser des travaux de rénovation énergétique

Beaucoup l’ignorent. Pourtant, ils ne sont pas condamnés à vivre dans un logement mal isolé sur le plan thermique. Crédit d’impôt transition énergétique, TVA réduite ou encore certificat d’économie d’énergie sont d’ailleurs mobilisables par les locataires pour aider au financement de ces travaux comme indiqué dans le tableau ci-dessous :

Aides mobilisables Conditions d'octroi Montant
Crédit d'impôt transition énergétique Propriétaire et locataire
pour une résidence achevée
depuis plus de 2 ans
30 % des dépenses éligibles avec
un plafond de 8 000 € pour une personne ; 16 000 € en couple et 400 € supplémentaire pour chaque personne à charge
TVA à taux réduit Propriétaires, locataires, bailleurs et
copropriétaires
TVA réduite sur le matériel et la main d'oeuvre :
5,5 % pour les économies d'énergie
10 % pour les autres travaux de rénovation
Certificat d'économie d'énergie Tous les publics pour un logement
achevée depuis plus de 2 ans
Aides délivrées par les fournisseurs d'énergie ou les grandes surfaces sous diverses formes : primes énergie, bons d'achats, diagnostic énergétique, prêt... de l'ordre d'une centaine d'euros

Toutes ces aides sont non seulement cumulables, mais d’autres dispositifs mis en place par les villes, les départements ou encore les régions peuvent s’y ajouter. De quoi faire considérablement reculer la facture des travaux pour les locataires, voire la rapprocher des… 0 € dans certains cas.

2/ Oui, on peut se faire aider si on a du mal à rembourser son prêt immobilier

Être en situation d’impayés sur les mensualités de son emprunt immobilier n’est pas une fatalité. Peu d’emprunteurs le savent, mais un dispositif existe pour les aider. Comme l’indique l’Agence nationale d’information sur le logement (ANIL) : "Dans certains départements et si vous êtes propriétaires d’un logement dans une copropriété située dans un périmètre spécifiquement délimité vous pouvez saisir le FSL (Fonds de solidarité logement) pour obtenir un prêt ou une subvention ; cette aide est octroyée sous condition de ressources." Pour savoir si son département dispose d’un FSL, il suffit de consulter l’Adil (Agence départementale d’information sur le logement) locale.

3/ Non, les notaires n’empochent pas la totalité des frais de notaires

Il faut l’écrire, encore et encore, les frais de notaires "n’existent pas". Cette expression désigne dans les faits "les droits de mutation". Il s’agit d’un ensemble d’impôts collectés par les notaires pour le compte des pouvoirs publics. Leur calcul se base sur le prix de vente. Utiliser l’expression "frais de notaire" énerve d’ailleurs au plus haut point ces professionnels du droit. 

4/ Non, les prix de l’immobilier n’augmentent pas partout en France

Qu’on ne s’y trompe pas. Il n’y a aucune homogénéité sur l’ensemble du territoire en matière de marché immobilier. Si d’un côté, les grandes villes voient les prix de l’immobilier progresser fortement (Paris, Bordeaux, Lyon, …) d’autres enregistrent des baisses de prix plus ou moins fortes, comme le rappelaient les notaires de France en janvier dernier : - 7,4 % à Limoges, - 5,6 % à Poitiers, -4,6 % à Dijon… et ce, seulement pour les appartements anciens :

Ainsi, comme l’écrivent les notaires de France, "à l’instar des deux premiers trimestres 2016, les évolutions de prix constatées sur le marché des appartements anciens au niveau des départements de province restent hétérogènes : 50 % des départements voient leur prix baisser et 30 % voient leur prix progresser au troisième trimestre 2016 comparativement au troisième trimestre 2015."

5/ Oui, on peut négocier les prix dans l’immobilier neuf

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les prix dans l’immobilier neuf ne sont pas figés. Pour ce faire, il faut être bien armé. Déjà, se renseigner sur les prix de l’immobilier de la ville dans laquelle on achète.

Ensuite, faire partie des premiers acquéreurs d’un programme. Les promoteurs, pour lancer le début des travaux ont besoin qu’au moins 50 % des appartements d’un immeuble soient réservés. Ils sont donc bien plus conciliant sur les prix et peuvent même accorder des avantages intéressants comme la gratuité des droits de mutation (frais de notaires) ou l’installation d’équipements gratuits pour la cuisine ou le salon par exemple.

6/ Oui, il est possible d’acheter un logement sans apport

Merci les taux bas ! Grâce à eux, les banques sont plus conciliantes, surtout si l’emprunteur est en couple et que tous deux disposent d’un CDI. L’affaire et d’autant plus intéressante pour ceux qui veulent acheter dans le neuf en passant par le dispositif Pinel, comme le précisait en septembre 2016, Nicolas Pécourt, porte-parole du Crédit Foncier : "Le mouvement de baisse des taux, enregistré depuis plusieurs années, incite les investisseurs à davantage augmenter la part financée : de 94 % en 2010 à 98 % en 2016."

7/ Oui, faire des travaux de rénovation augmente la valeur d’un bien immobilier

Les notaires le pressentaient. Les agents immobiliers commencent à le réaliser. Ce que l’on appelle la valeur verte d’un logement devient, d’année en année, une réalité. Derrière ce terme se cache l’idée qu’un bien exemplaire sur le plan énergétique peut être vendu plus cher qu’un logement énergivore. "Rénover son logement, c’est aussi changer la valeur patrimoniale du bien. S’il a de mauvaises qualités énergétiques, il sera plus difficile à vendre aujourd’hui", assurait en février dernier Emmanuelle Cosse, ministre du Logement. La valeur du bien pourrait augmenter de 10 % par rapport aux autres sur le marché. De quoi attirer l’attention des vendeurs.

Ludovic CLERIMA

Commentaires

    Soyez le premier

Ajouter un commentaire

    ###ERRORS###
    •  
    * Champs obligatoires
    Le champ email est obligatoire. L'adresse email saisie est invalide. Le prénom est obligatoire. Le nom est obligatoire. Le message est obligatoire. Le champ "Email de votre ami" est obligatoire. L'adresse email de votre ami est invalide.