Crédit immobilier : l’assurance chômage est-elle vraiment utile ?
  • Localisation Exemples :  5775015Niceétranger
    • Pièces :   
    • Surface :   
    •  m²
    •  
    •  m²
  •  
    • Budget :   
    •  €
    •  
    •  €

Crédit immobilier, Droit immobilier

Crédit immobilier : l’assurance chômage est-elle vraiment utile ?

Publié le 29/08/2017

Souvent décriée, la garantie optionnelle perte d’emploi est parfois délaissée par les emprunteurs, dans le but de faire des économies sur l’assurance de leur prêt immobilier. Mais il existe aussi d’autres méthodes pour en réduire le coût.

C’est la garantie optionnelle qui sonne comme une bonne idée. A l’heure où le chômage baisse peu, et où les emplois sont de plus en plus précaires, souscrire à ce que l’on appelle "l’assurance chômage" paraît sensé. Mais en l’état, le dispositif proposé par les assureurs n’est pas adapté à la demande. "Le problème c’est le coût", insiste Maël Bernier, porte-parole du courtier en crédit immobilier Meilleurtaux.

Le prix de ces assurances va de 0,10 % à 0,70 % du capitale emprunté tous les ans. Pour un prêt immobilier de 200 000 € sur 20 ans, cela représente, à la fin du crédit, entre 4 000 € et 28 000 €. Or, les protections en contrepartie sont peu intéressantes, comme le confirme le comparateur d’assurances en ligne Magnolia : "Cette garantie coûteuse ne couvre que 50 % à 75 % de la mensualité dans la limite d'un plafond journalier." Quant à la période de carence (durée pendant laquelle l’assurance n’est pas active) elle peut atteindre les 6 mois…  

Trop de chômage = une assurance perte d’emploi limitée

Pour Philippe Taboret, directeur adjoint du courtier en crédit immobilier Cafpi, le faible avantage apporté par la garantie s’explique par la situation économique du pays : "Nous sommes toujours à un taux de chômage élevé (9,6 %). Proposer une garantie capable de couvrir totalement l’emprunteur ne ferait pas l’affaire des compagnies d’assurance."

De plus, comme le rapporte le courtier, "il existe différentes garanties de perte d’emploi. Certaines formules se concentrent sur le report des échéances. D’autres sur les revenus de l’acquéreurs. Pour des personnes proches de la retraite, travaillant dans un secteur en perte de vitesse ou des jeunes dans des start up fragiles, ces garanties ont un intérêt lorsqu’elles sont adaptées à leur situation. Mais la proposer à toutes les personnes en CDI, ça n’a aucun sens. Mieux vaut s’en détourner et ainsi faire des économies sur son crédit immobilier."

Et si l’Etat aidait à faire baisser la facture

Le meilleur moyen de faire des économies sur son crédit immobilier, avant d’analyser si oui ou non l’assurance perte d’emploi est nécessaire, reste de changer les modalités de son assurance emprunteur. La loi Hamon, votée en 2014, permet aux particuliers qui viennent de signer leur crédit, de disposer d’un délai d’un an pour changer d’assurance emprunteur. Un dispositif pour lequel l’appétence des individus est encore limitée : "L’an dernier, cela ne représentait que 12 % de nos opérations", indique Maël Bernier. "Cette année, nous sommes passés à 30 % chez Meilleurtaux. C’est un mieux, mais les clients intéressés sont toujours les mêmes : des CSP + surinformés et déjà bien dotés."

La vraie révolution en la matière devrait arriver au 1er janvier 2018, avec l’entrée en vigueur de la possibilité de changer d’assurance emprunteur à chaque date anniversaire de contrat. Une mesure rétroactive, qui concernera tout le monde : "La loi Hamon ne pouvait intéresser qu’une petite catégorie de personnes. Lorsque vous avez enfin votre crédit immobilier, vous n’allez pas vous replonger dans la paperasse pour changer d’assurance. Mais là, avec la possibilité de le faire quand on le veut, je suis persuadé qu’il y aura une appétence, surtout si les assureurs mettent le paquet sur la communication", anticipe Philippe Taboret. Réponse peut-être dès le 2 janvier prochain….

Ludovic CLERIMA

Commentaires

    Soyez le premier

Ajouter un commentaire

    ###ERRORS###
    •  
    * Champs obligatoires
    Le champ email est obligatoire. L'adresse email saisie est invalide. Le prénom est obligatoire. Le nom est obligatoire. Le message est obligatoire. Le champ "Email de votre ami" est obligatoire. L'adresse email de votre ami est invalide.