Crédit immobilier : la hausse des taux à bout de souffle
  • Localisation Exemples :  5775015Niceétranger
    • Pièces :   
    • Surface :   
    •  m²
    •  
    •  m²
  •  
    • Budget :   
    •  €
    •  
    •  €

Crédit immobilier

Crédit immobilier : la hausse des taux à bout de souffle

Publié le 07/06/2017

Pour le mois de mai, les taux de crédit immobilier n’ont remonté que de… 0,01 %. Une progression quasi indolore qui annoncerait selon certains courtiers une période d’accalmie prolongée.

C’est (presque) le calme plein sur l’évolution des taux de crédit immobilier. D’après le dernier baromètre Crédit Logement / CSA, ces derniers s’établissent, pour le mois de mai 2017 à 1,56 % en moyenne toutes durées confondues hors frais d’assurances. Soit 0,01 % de plus qu’en avril 2017 (1,55 %).  "Le plus fort de la hausse s’était constaté en février dernier et depuis les augmentations ne sont que de faible ampleur", indique l’observatoire.

  Mai 2017 Avril 2017 Mars 2017 Février 2017
Taux moyen
toutes durées confondues
1,56 % 1,55 % 1,51 % 1,49 %
Taux moyen sur le marché
de l'ancien toutes durées confondues
1,57 % 1,56 % 1,52 % 1,51 %
Taux moyen  sur le marché
du neuf toutes durées confondues
1,63 % 1,63 % 1,55 % 1,55 %
Taux moyen sur le marché
des travaux
toutes durées confondues
1,53 % 1,50 % 1,42 % 1,42 %

Quoiqu’il en soit, l’évolution des taux n’a pas de quoi inquiéter les futurs acquéreurs : "Les taux sont simplement revenus à leur niveau du début de l’été 2016 (…)  En elle-même, cette remontée est sans incidence sur la solvabilité de la demande : en revanche, la hausse rapide des prix de l’immobilier pèse maintenant sur une demande qui s’affaiblit", renchérit Crédit Logement/ CSA.

Calme plein pour le mois de juin

L’observatoire anticipe "un allègement des taux des crédits d’ici le début de l’été." Car les banques comptent beaucoup sur le crédit immobilier pour capter de nouveaux clients. La récente ordonnance limitant dès 2018 la domiciliation des revenus d’un emprunteur pour un crédit immobilier à 10 ansdevrait d’ailleurs, selon le courtier Empruntis, inciter les banques à pratiquer des taux toujours très faibles.

Mais d’autres spécialistes du crédit, comme le directeur général adjoint de Cafpi, Philippe Taboret, anticipent un tout autre scénario. Pour le courtier, le marché dopé par les aides, les taux, et des prix de l’immobilier qui stagnent hors zone tendues, incitent les banques à la stabilité dans la formation de leurs barèmes de taux pour le moment. Mais, "passée la période printanière, la hausse des taux va se poursuivre lentement", annonce-t-il. On attend les prochaines semaines pour les deux courtiers.  

Ludovic Clerima

Commentaires

    Soyez le premier

Ajouter un commentaire

    ###ERRORS###
    •  
    * Champs obligatoires
    Le champ email est obligatoire. L'adresse email saisie est invalide. Le prénom est obligatoire. Le nom est obligatoire. Le message est obligatoire. Le champ "Email de votre ami" est obligatoire. L'adresse email de votre ami est invalide.