Des montants d'emprunt deux fois plus élevés en Ile-de-France
annonces immobilières
  • Localisation Exemples :  5775015Niceétranger
    • Pièces :   
    • Surface :   
    •  m²
    •  
    •  m²
  •  
    • Budget :   
    •  €
    •  
    •  €
  • LocalisationExemples : 57, 75015, Nice, étranger
    • Nb Personne :   
    • Budget :   
    •  €
    •  
    •  €
  •  
Bertrand Vacances
  • Residences secondaires
  • Maison à la campagne, chalet à la montagne, appartement avec vue sur mer,
    laissez-vous tenter !

Crédit immobilier, Marché de l'immobilier

Des montants d'emprunt deux fois plus élevés en Ile-de-France

Publié le 20/01/2013

Grâce à des taux très bas, le pouvoir d'achat des emprunteurs a augmenté l'an passé, selon Ace Crédit, qui révèle son analyse du marché immobilier en 2012. Mais entre l'Ile-de-France et les régions, les capacités ne sont pas les mêmes. Principale raison : des prix de l'immobilier qui diffèrent.

Depuis 2002, le taux d’intérêt moyen d’un crédit immobilier sur vingt ans a baissé de près de deux points, constate Ace Crédit dans son bilan 2012. Un candidat à l’achat qui empruntait 150.000 euros en 2002 remboursait 1023,38 euros de mensualité. Pour le même montant, cette somme n’est plus que de 877,67 euros en 2012.

 

Cependant, si tout le monde bénéficie de cette baisse des taux des prêts immobiliers, qui étaient de 3,1% pour une durée de vingt ans au mois dernier, les contextes diffèrent entre l’Ile-de-France et la province.

 

Par exemple, les Franciliens empruntent des montants moyens deux fois plus élevés en 2012, autour de 309.727 euros, contre 158.615 euros en régions. Ils sont aussi plus âgés : "en Ile-de-France, les emprunteurs attendent si possible une épargne significative, voire d’être en couple pour pouvoir acheter un bien" avance Joël Boumendil, PDG du groupe Ace Crédit. Ainsi, les futurs propriétaires franciliens sont 54% à avoir entre 30 et 39 ans. En province, les prix de l’immobilier permettent encore de devenir propriétaire majoritairement à moins de 34 ans.

 

En outre, si partout en France, l’achat d’un appartement ou d’une maison reste une affaire de couple, les Franciliens deviennent majoritairement propriétaires avant d’avoir un enfant, quand les ressources nettes annuelles sont bien plus élevées à Paris. "C’est ce qui illustre le plus la fracture Ile-de-France/région dans le secteur de l’immobilier", constate le PDG. Tandis qu’en province, 58% des propriétaires gagnent moins de 25.000 euros annuels, en Ile-de-France, ils sont 86% à gagner plus.

Commentaires

    Soyez le premier

Ajouter un commentaire

    ###ERRORS###
    •  
    * Champs obligatoires
    Le champ email est obligatoire. L'adresse email saisie est invalide. Le prénom est obligatoire. Le nom est obligatoire. Le message est obligatoire. Le champ "Email de votre ami" est obligatoire. L'adresse email de votre ami est invalide.