Emmanuel Macron : ses propositions pour le logement
annonces immobilières
  • Localisation Exemples :  5775015Niceétranger
    • Pièces :   
    • Surface :   
    •  m²
    •  
    •  m²
  •  
    • Budget :   
    •  €
    •  
    •  €
  • LocalisationExemples : 57, 75015, Nice, étranger
    • Nb Personne :   
    • Budget :   
    •  €
    •  
    •  €
  •  
Bertrand Vacances
  • Residences secondaires
  • Maison à la campagne, chalet à la montagne, appartement avec vue sur mer,
    laissez-vous tenter !

Marché de l'immobilier, Droit immobilier, Investissement / Fiscalité, Élections présidentielles 2017

Emmanuel Macron : ses propositions pour le logement

Publié le 28/11/2016

Bail mobilité, encadrement des loyers, simplifications des normes… Le candidat à l’élection présidentielle de 2017 a profité de son passage à l’OrpiLab pour exposer ses mesures pour l’immobilier.

C’était une première pour lui. Invité à l’OrpiLab ce lundi 28 novembre 2016, l’ex ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, a parlé logement. Le candidat à la présidentielle de 2017 a détaillé les mesures phares qu’il souhaite appliquer s’il est élu. Des propositions qui tournent autour de trois grands axes : développer l’offre de logements, encourager la mobilité résidentielle et favoriser la rénovation énergétique.

1- Construire moins mais construire mieux

Dans un premier temps, le leader du mouvement En Marche veut en finir avec l’objectif des 500 000 logements par an, "un but que l’on se fixe depuis que Georges Pompidou est président de la République", rappelle-t-il. Pour lui, mieux vaut construire là où l’offre résidentielle manque, c’est-à-dire dans les zones très tendues : "Il faut se concentrer sur quelques régions en demande. Sur Île-de-France, il faudrait construire 70 000 logements tous les ans contre 40 000 actuellement, et en région PACA 45 000 logements. C’est là, ainsi qu’aux abords de Toulouse ou encore du côté de la métropole Aix-Marseille que je veux concentrer les efforts de construction", précise l’ancien ministre.

2- Un bail mobilité pour les plus précaires

Pour les personnes en CDD ou en contrat d’intérim, Emmanuel Macron veut mettre en place, dans les zones tendues uniquement, un bail mobilité, valable un an seulement. De cette façon, l’ex ministre de l’Economie espère court-circuiter les plateformes de location saisonnière comme Abritel ou Airbnb et ainsi faire revenir sur le marché immobilier une certaine catégorie d’investisseurs sur le départ. Les garanties octroyées aux bailleurs seront exposées dans un second temps.

La mobilité passe également par plus de transparence, notamment dans le parc social où le candidat veut s’appuyer sur le numérique pour rendre visible en ligne les demandes et attributions d’HLM. Les bourses d’échanges de cette catégorie de logements seront également favorisées s’il est élu président de la République : "Sur 1,8 million de demandeurs de logements sociaux, un tiers est dans le parc social et cherche à trouver un logement adapté à ses besoins", souligne-t-il. (Cliquez pour agrandir).

3- Encadrement des loyers, Pinel… le besoin de stabilité

Contre les réformes à tout va, Emmanuel Macron veut laisser le temps aux mesures en vigueur de prouver ou non leur efficacité. Ainsi, même s’il reconnait que l’encadrement des loyers a eu quelques impacts négatifs sur le marché, il ne souhaite pas revenir dessus tout de suite. Tout comme le dispositif d’investissement locatif Pinel : "Je pense qu’il faut d’abord évaluer précisément l’impact de ces réformes pour ensuite les ajuster ou les supprimer si elles s’avèrent inefficaces."

Enfin, dans le but d’aider les acteurs du marché à retrouver la confiance, le fondateur du mouvement En Marche refuse de toucher à l’exonération des plus-values immobilières actuellement fixée à 22 ans, ou encore aux normes de construction en vigueur : "Si je suis élu, je veux un moratoire sur les normes de construction. Il n’y aura pas de nouvelles règlementations thermiques autres que celles déjà instaurées." (Cliquez pour agrandir)

4- Valoriser la rénovation énergétique

Pour ce faire, Emmanuel Macron s’inspire du "green deal" anglais. Un mécanisme, qu’il détaillera dans quelques temps, sera exposé. Il visera à aider les ménages à réaliser des travaux de rénovation énergétique. S’il s’inspire de cousin britannique, ce système octroierait des prêts aux habitants, à rembourser en fonction du degré de travaux et du gain énergétique obtenu.

Le coût des droits de mutations pourrait, par ailleurs, être déterminé en fonction des performances énergétiques du bâtiment et non plus de manière fixe. (Cliquez pour agrandir)

Ludovic CLERIMA Explorimmo  
Crédit photo : François BOUCHON / Le Figaro

Commentaires

    Soyez le premier

Ajouter un commentaire

    ###ERRORS###
    •  
    * Champs obligatoires
    Le champ email est obligatoire. L'adresse email saisie est invalide. Le prénom est obligatoire. Le nom est obligatoire. Le message est obligatoire. Le champ "Email de votre ami" est obligatoire. L'adresse email de votre ami est invalide.