JO 2024 : quel impact sur les prix de l’immobilier francilien ?
  • Localisation Exemples :  5775015Niceétranger
    • Pièces :   
    • Surface :   
    •  m²
    •  
    •  m²
  •  
    • Budget :   
    •  €
    •  
    •  €

Marché de l'immobilier

JO 2024 : quel impact sur les prix de l’immobilier francilien ?

Publié le 02/08/2017

VIDEO. Alors que Paris est sur la bonne voie pour obtenir les Jeux olympiques en 2024, Explorimmo est allé à la rencontre de professionnels pour mesurer l’impact d’un tel événement sur le marché immobilier en Île-de-France.

Ça n’est plus qu’une formalité. Avec le désistement de Los Angeles pour les Jeux olympiques de 2024 (la ville les organisera en 2028), Paris est désormais l’unique prétendant pour recevoir les JO de cette édition. Il faudra encore attendre le vote officiel du Comité international olympique (CIO), à Lima, le 13 septembre prochain pour que la municipalité sabre le champagne. (Cliquez pour agrandir)

Les Jeux olympiques offriront à la capitale une vitrine sans pareil. La compétition est, tous les 4 ans, l’événement sportif le plus suivi au monde. Les spectateurs et surtout téléspectateurs se comptent en milliards. Mais quelle(s) conséquence(s) sur le marché immobilier francilien ? Peu d’infrastructures seront réalisées pour les Jeux. Toutefois, certaines installations viendront enrichir des départements comme la Seine-Saint-Denis ou le Val d’Oise offrant aux communes concernées une notoriété nouvelle et un attrait économique certain (cliquez pour agrandir) :

Rénovation urbaine à marche forcée

De l’avis des professionnels, Paris ne risque pas d’être impacté outre mesure : "Ça ne va pas aider à faire reculer les prix, c’est sûr. Mais je doute que les JO contribuent à les augmenter", estime Jean-François Buet, président de la Fédération nationale des agents immobiliers (FNAIM) "Par contre, on peut assister à un rattrapage des prix entre la Seine-Saint-Denis et le Val d’Oise par rapport aux départements de l’ouest francilien."

Départements Prix en €/m² pour l'immobilier neuf
(source adil75 T1 2017)
Prix en €/m² pour l'immobilier ancien
(source notaire de Paris T2 2017)
Paris (75) 12 275 €/m² 8 580 €/m²
Hauts-de-Seine (92) 6 797 €/m² 5 340 €/m²
Seine-Saint-Denis (93) 4 269 €/m² 3 210 €/m²
Val-de-Marne (94) 5 101 €/m² 4 220 €/m²
Val d'Oise (95) 4 055 €/m² 2 640 €/m²
Essonne (91) 3 676 €/m² 2 560 €/m²
Seine-et-Marne (77) 3 741 €/m² 2 580 €/m²
Yvelines (78) 4 285 €/m² 3 660 €/m²

De son côté, Bernard Cadeau, président du réseau d’agences immobilières Orpi, rappelle que "l’arrivée du Stade France en Seine-Saint-Denis a fait monter les prix. Mais il a surtout permis une formidable transformation du paysage urbain. Ce sera le cas des Jeux si un projet d’accompagnement en logements vient s’ajouter aux nouvelles constructions. Ce fut la même chose pour Barcelone en 1992, lorsqu’ils ont accueilli la compétition (voir vidéo). Et puis, il y a le Grand Paris Express. Je n’imagine pas qu’il ne soit pas en service au moment de la compétition."

Coup de boost sur le Grand Paris Express

Le président de réseau n’est pas le seul à nourrir cet espoir. Sur Twitter, Augustin de Romanet, directeur général du groupe Aéroport de Paris, s’est fendu d’un message allant dans le même sens. (Cliquez pour agrandir)

Et qui dit accélération des lignes de transport, dit accélération des programmes immobiliers qui y sont associés. Près de 70 000 logements seront construits dans le cadre du Grand Paris Express. De quoi jouer sur les prix de l’immobilier, mais pas nécessairement dans le sens que l’on pourrait croire, selon Bernard Cadeau : "On pourrait assister à une baisse des prix in fine. Le problème de Paris et de l’ensemble de l’Ile-de-France, c’est le manque de logements. Si des dizaines de milliers de biens sont bâtis, les prix pourraient se contenir, voire fondre légèrement."

Une hypothèse très optimiste qui suppose toutefois que promoteurs, propriétaires privés de terrains constructibles et communes ne se laissent pas tenter par les sirènes de la spéculation immobilière en vue du nouveau réseau de transport et de la compétition sportive.

Gare aux fausses bonnes opportunités

Les investissements en Île-de-France, tout particulièrement dans les communes concernées par les JO et le Grand Paris Express, vont à coup sûr croître dans les années qui viennent.

Dans tous les cas, les acquéreurs devront faire preuve de raison avant d’agir. "Celui qui croit qu’il lui suffira d’acheter maintenant ou en 2023 et de revendre en 2024 en profitant des Jeux pour faire une plus-value de 20 % se trompe lourdement. L’immobilier, c’est le temps long. Il n’y a pas d’effet d’aubaine comme à la Bourse", avertit Bernard Cadeau. Les futurs acheteurs sont prévenus.

Ludovic CLERIMA

Commentaires

    Soyez le premier

Ajouter un commentaire

    ###ERRORS###
    •  
    * Champs obligatoires
    Le champ email est obligatoire. L'adresse email saisie est invalide. Le prénom est obligatoire. Le nom est obligatoire. Le message est obligatoire. Le champ "Email de votre ami" est obligatoire. L'adresse email de votre ami est invalide.