La « tiny house » : une tendance qui roule
annonces immobilières
  • Localisation Exemples :  5775015Niceétranger
    • Pièces :   
    • Surface :   
    •  m²
    •  
    •  m²
  •  
    • Budget :   
    •  €
    •  
    •  €
  • LocalisationExemples : 57, 75015, Nice, étranger
    • Nb Personne :   
    • Budget :   
    •  €
    •  
    •  €
  •  
Bertrand Vacances
  • Residences secondaires
  • Maison à la campagne, chalet à la montagne, appartement avec vue sur mer,
    laissez-vous tenter !

  • appartager.com
  • Vous souhaitez emménager dans une colocation ? Retrouvez plus de 90 000 offres de colocations dans toute la France.

Insolite, Développement Durable

La « tiny house » : une tendance qui roule

Publié le 13/12/2013

Nées aux Etats-Unis, ces petites maisons semi-nomades séduisent aussi les Français. Le premier atelier de construction de « tiny houses » a ouvert ses portes en Normandie en septembre dernier.

Petites, écologiques et mobiles. Les « tiny houses », ou « minuscules maisons », en français, sont des petites cabanes en bois d’une dizaine de mètres carrés, la plupart du temps, montées sur roues. Connues aux Etats-Unis depuis 1999, elles arrivent tout doucement dans l’hexagone. Les deux premières « tiny houses » de France sont ainsi nées cet été 2013, en Normandie.

Les deux premières « tiny houses » construites cet été en Normandie, où Yvan Saint-Jours a vécu quelques semaines cet été avec ses deux enfants.Crédit photo © La Tiny House.

Trois « tiny houses » en France

« C’est Yvan [Saint-Jours, fondateur du magazine La maison écologique, NDLR], qui a eu cette idée », raconte Michael Desloges, 42 ans, paysan et co-constructeur des premières « tiny houses » françaises. Pour accompagner le projet, est né un blog. « Fin août, on avait déjà 170 messages et entre 600 et  800 visites ! », s’étonne encore Michael. Et puis il y a eu quelques reportages. « On a eu tellement d’encouragements, de retours qu’on s’est dit qu’il fallait faire quelque chose », raconte-t-il. Résultat, avec l’un des quatre amis lancés dans la construction de « tiny houses », Bruno Thiery, charpentier, il décide de créer le premier atelier de construction dédié à ces « petites cabanes sur roues ». Celui-ci a ouvert ses portes en septembre et entend véritablement démarrer son activité début 2014, une fois que la troisième « tiny house », qui servira de maison-témoin, sera achevée. « Après, ça pourra aller vite, explique Michael, on met un mois, à deux, à temps plein, pour faire une tiny house. »

La troisième « tiny house » française, qui servira de maison témoin, encore en construction. Crédit photo © La Tiny House.

Logement d’appoint, chambre d’hôtes, alternative à la caravane…

Le prototype proposé par l’atelier n’est cependant pas figé. « On peut mettre plus ou moins de fenêtres, déplacer la porte, etc. » promet Michael. Car il sait que les attentes des futurs possesseurs de tiny houses en France seront diverses. « On a plein d’envies différentes », confie-t-il, à propos des personnes qui demandent des renseignements. « Des gens avec enfants et qui habitent loin d’eux voient dans la tiny house un hébergement d’appoint facile, sans besoin de permis de construire, certains veulent en faire des chambres d’hôtes, d’autres voient cet habitat comme un logement d’appoint en cas de déplacement professionnels, d’autres, qui ont un terrain non constructible, pourraient enfin habiter dessus et enfin, c’est une alternative pour ceux qui n’aiment pas les caravanes. Même des propriétaires de camping me disent qu’ils voudraient remplacer des mobil homes par des tiny houses », dit-il.

La tendance maison en boîte

Pour Vincent Grégoire, chasseur de tendances chez Nelly Rodi, cette tendance « house box » a en effet de l’avenir dans le tourisme ou le commerce. « Pour se faire un trip’ une fois, sur la route des vins en Bourgogne, par exemple, estime-t-il, ou pour un commerce ambulant, à la manière des foods trucks. Mais pas pour y vivre tous les jours ». Et c’est là que le mouvement tiny house encore balbutiant en France diffère de celui des Américains. Eux, construisent ces tiny houses pour y vivre, par amour du minimalisme. C’est le cas du créateur de ces maisonnettes mouvantes, Jay Shafer. Il voit dans cet habitat limité au strict nécessaire un mode de vie plus simple, plus tourné vers les autres, plus écolo… et non sans humour. « C’est aussi la solution idéale pour tous ceux qui détestent le ménage ! », s’amuse-t-il.

 

Chronologie du « Mouvement Tiny », des Etats-Unis à la France

1999 : L’américain Jay Shafer construit sa première « tiny house ».

2003 : Il créé Tumbleweed, société spécialisée dans la construction de tiny houses.

2008 : Jay Shafer publie le livre « The Small House Book ».

Eté 2013 : Yvan Saint-Jours, fondateur du magazine La maison écologique, sollicite trois de ses amis pour créer les deux premières “tiny houses” de France, en Normandie, sur les modèles – remaniés aux normes françaises – de Jay Shafer.

Septembre 2013 : Ouverture du premier atelier de fabrication de tiny houses en Normandie, par deux des amis d’ Yvan Saint-Jours : Bruno Thiery, charpentier et Michael Desloges, paysan.

Début 2014 : Ouverture du carnet de commande de l’atelier.

Un film sur « l’aventure tiny »

« Tiny : A Story About Living Small », documentaire de 62 minutes sur l’expérience de Christopher Smith et Merete Mueller, un couple américain du Colorado, raconte l’histoire de leur tiny house, qu’ils ont construit eux-mêmes. Il a été diffusé sur  Al Jazeera America fin novembre et pourrait bientôt sortir sur grand écran, d’après Archdaily.

Elodie Buzaud © Explorimmo.com

Commentaires

    Soyez le premier

Ajouter un commentaire

    ###ERRORS###
    •  
    * Champs obligatoires
    Le champ email est obligatoire. L'adresse email saisie est invalide. Le prénom est obligatoire. Le nom est obligatoire. Le message est obligatoire. Le champ "Email de votre ami" est obligatoire. L'adresse email de votre ami est invalide.