Les vendeurs sont de plus en plus réalistes
  • Localisation Exemples :  5775015Niceétranger
    • Pièces :   
    • Surface :   
    •  m²
    •  
    •  m²
  •  
    • Budget :   
    •  €
    •  
    •  €

Marché de l'immobilier

Les vendeurs sont de plus en plus réalistes

Publié le 19/10/2015

Selon le quatrième baromètre Orpi / Explorimmo / Le Figaro Immobilier, l’indicateur national des écarts de prix recule entre le prix de mise en vente et celui de la vente finale. Le président du réseau d’agences, Bernard Cadeau, nous livre son analyse.

Le réseau d’agences immobilières Orpi avec Explorimmo et le Figaro immobilier, publie ce mardi 20 octobre 2015 la quatrième édition de son baromètre sur les écarts entre le prix de mise en vente d'un bien immobilier et son prix de vente final. L’année 2015 semble être celle du retour à la raison. L’écart moyen sur le plan national s’établit à – 4,50 %.

Ainsi en mars, le prix moyen de mise en vente d’un bien passait de 210 210 € à  200 600 € lors de la vente finale. Il est désormais affiché dès le départ à 209 860 € pour être cédé finalement à
200 425 €.  

Tous les types de logements sont concernés par cette tendance, des studios au T5. La réduction de l’écart est toutefois plus marquée, sur l’année pour les T2. S’il était de -4,32 % en mars 2015. Il passe en septembre 2015 à -3,95 %.

Bernard Cadeau, président du réseau d’agences immobilières Orpi

Explorimmo : Que vous inspirent les résultats de l’indicateur des écarts de prix ?

Bernard Cadeau : En dehors des disparités locales, avec un écart de 4, 50 % au niveau national entre  le prix initial de mise en vente et le prix de vente final d’un bien immobilier, nous sommes toujours dans le bon sens de la pente. Cela nous conforte dans l’idée que les particuliers sont de plus en plus raisonnables lorsqu’ils mettent en vente leur maison ou leur appartement. Cela traduit également la réussite de notre travail auprès d’eux. Nous gardons la même tendance dans les écarts de prix depuis les deux dernières vagues (4, 55 % en juillet 2015 et 4, 74 % en mars 2015). Les vendeurs ont compris les différents messages mais aussi le fait qu’en dépit des taux bas, les acheteurs ont toujours des contraintes de pouvoir d’achat. Un bien immobilier surcoté ne se vendra pas.

Comment se porte l’activité du marché ?

Bernard Cadeau : Les ventes repartent nettement à la hausse. Sur la période de janvier à septembre 2015, nous sommes à plus 15% par rapport à la même période l’an dernier.  En 2014, les ventes étaient bloquées ce qui expliquait l’engouement pour les locations. Ce phénomène s’est estompé. Côté prix, dans les grandes villes, ils ne baissent quasiment plus. Ils se stabilisent tous comme les taux d’intérêts.

Quelles mesures préconisez-vous pour une relance pérenne de votre secteur ?

Bernard Cadeau : Trois mesures prioritaires. La première est en faveur des primo-accédants. Nous demandons l’extension du Prêt à Taux zéro dans l’ancien sans aucune condition de ressources, de travaux ou de localisation (le PTZ dans l’ancien est actuellement limité aux communes de la zone C et nécessite des travaux de réhabilitation NDLR). La seconde concerne les investisseurs. Afin de dynamiser le marché, nous proposons d’exonérer de plus-value et des droits de donation toute personne faisant l’acquisition d’un logement à condition que celui-ci soit dédié à la location pendant au moins 6 ans. Ce dispositif pourrait concerner les acquisitions réalisées dans le neuf ou dans l’ancien sur une période de 2 ans. Enfin, nous proposons un "Plan d’épargne senior" pouvant être ouvert à tout moment de la vie active et qui serait disponible au moment de la retraite avec exonération fiscale, notamment en matière de donation. La souscription peut se faire à n’importe quel moment de la vie professionnelle et s’activer au moment de la retraite soit pour l’achat d’un logement ou sa rénovation, soit pour la transmission des droits acquis. Pour être sécurisé aujourd’hui, être propriétaire est nécessaire mais pas suffisant.


Propos recueillis par Olivier Marin

Commentaires

    Soyez le premier

Ajouter un commentaire

    ###ERRORS###
    •  
    * Champs obligatoires
    Le champ email est obligatoire. L'adresse email saisie est invalide. Le prénom est obligatoire. Le nom est obligatoire. Le message est obligatoire. Le champ "Email de votre ami" est obligatoire. L'adresse email de votre ami est invalide.