Lyon : où et comment bien acheter ?
  • Localisation Exemples :  5775015Niceétranger
    • Pièces :   
    • Surface :   
    •  m²
    •  
    •  m²
  •  
    • Budget :   
    •  €
    •  
    •  €

Marché de l'immobilier

Lyon : où et comment bien acheter ?

Publié le 13/01/2017

CARTE. Avec un marché en très bonne santé, porté par les taux, la ville signe une de ses meilleures performances depuis 2005, malgré la hausse des prix dans certains arrondissements.

Lyon n’échappe pas à la règle. Comme l’ensemble des grandes métropoles du pays, la ville enregistre d’excellents chiffres en matière de transactions immobilières. 22 900 logements vendus, soit une hausse de 8,5 % pour 2016 par rapport à 2015. "C’est une très bonne année ! Nous avons dépassé le niveau de 2005 (21 300 ventes), et même celui de l’exceptionnelle année 2011 dont les ventes s’élevaient à 22 100 ventes", explique Alexandre Schmidt, le nouveau président de la chambre de la Fédération nationale des agents immobiliers (FNAIM) du Rhône.

Seule ombre au tableau : les prix qui repartent à la hausse, comme sur l’ensemble du territoire. Ces derniers augmentent de 3 % pour les maisons (297 670 € en moyenne) et de 2,6 % pour les appartements (3 487 €/m² en moyenne). Parmi les arrondissements les plus chers trônent le 2ème (4 364 €/m²), le 6ème (4 361 €/m²) et le 4ème (3 836 €/m²).

Si vous êtes investisseurs

Globalement, il est intéressant d’investir un peu partout à Lyon, même si les logements près des facs, ceux du 7ème et 3ème arrondissements, rapporteront plus. "Il y a également de belles opportunités à saisir du côté de Villeurbanne", ajoute Alexandre Schmidt, tout comme les appartements près des hôpitaux.

Le marché immobilier lyonnais propose des biens avec une belle rentabilité. "Celle-ci atteint, en 2016, 4,5 % pour une location brute d’appartement situé dans Lyon", précise-t-on du côté de la FNAIM du Rhône. Les montant des loyers reculent de 0,4 % sur un an avec un m² moyen de 13,1 €. Les montants ne cessent d’évoluer à la hausse. En dix ans, ils ont progressé de 23,5 %.

Si vous êtes primo-accédants

Les nouveaux acquéreurs iront plutôt se reporter sur le 7ème, 8ème et 9ème arrondissement. "Le quartier est en pleine rénovation", précise le président de la FNAIM du Rhône. Ce sont également les secteurs les moins chers de la ville, avec des prix en baisse de respectivement 1 % et 0,1 % pour les 7ème et 8ème arrondissement : "Ce recul s’explique par la présence d’une offre de bien abondante sur ces deux secteurs et par une forte concurrence des programmes neufs à la suite des restructurations engagées sur de nombreux quartiers", précise Alexandre Schmidt.

Les bons plans

Dans une ville avec un tel potentiel, le véritable bon plan consiste à s’appuyer sur les taux bas pour financer son acquisition. "La baisse des taux d’emprunt sur un an a fait augmenter le pouvoir d’achat immobilier malgré la légère hausse des prix des appartements. Elle permet, toutes choses étant égales par ailleurs, de s’offrir respectivement 2,8 m² à Lyon (…)"

Sur 5 ans, c’est près de 7m² qu’ont gagné les Lyonnais grâce aux taux bas et aux prix des logements.



Ludovic CLERIMA

Commentaires

    Soyez le premier

Ajouter un commentaire

    ###ERRORS###
    •  
    * Champs obligatoires
    Le champ email est obligatoire. L'adresse email saisie est invalide. Le prénom est obligatoire. Le nom est obligatoire. Le message est obligatoire. Le champ "Email de votre ami" est obligatoire. L'adresse email de votre ami est invalide.