Nantes, pionnier dans l’impression 3D de logements sociaux
  • Localisation Exemples :  5775015Niceétranger
    • Pièces :   
    • Surface :   
    •  m²
    •  
    •  m²
  •  
    • Budget :   
    •  €
    •  
    •  €

Marché de l'immobilier, Insolite

Nantes, pionnier dans l’impression 3D de logements sociaux

Publié le 08/06/2017

IMAGES. Dès le mois de septembre 2017, la ville de Loire-Atlantique va construire un logement de 95 m² à l’aide d’une imprimante 3D. Après une première phase de test d’un an ou deux, l’habitat sera proposé à la location pour des particuliers.

Et si demain nous étions capables de construire nos maisons en moins d’un mois. C’est le challenge que vient de se lancer l’office HLM Nantes Métropoles Habitat (NMH). Dès le mois de septembre, une imprimante 3D géante sera chargée de réaliser, en 72 heures, un logement social de 95 m². Une version 0 avait déjà été présentée il y a quelques mois comme le rapportait en vidéo le quotidien régional Presse Océan. Nom de code de l’opération : BatiPrint3D.

Aujourd’hui, les pilotes du projet se disent prêts à passer aux choses sérieuses : "Notre objectif est clair", indique Marc Patay, directeur général de Nantes Métropoles Habitat. "Nous voulons industrialiser le procédé. Une fois le bâtiment imprimé nous organiserons une série de tests durant un an ou deux visant à voir comment l’habitat réagit à la chaleur, au froid, à la pluie, son isolation sonore, thermique… Une fois que ce sera fait, il sera mis en location dans le parc social". Durant cette phase d’évaluation, la maison servira de lieu de vie ou encore de résidence d’architectes.

"Tout le monde peut faire de l’impression 3D"

Si de plus en plus de pays présentent chaque mois leurs exploits en matière d’impression 3D, le projet de l’office HLM semble se distinguer par le solide partenariat qu’il noue avec le milieu scientifique. "Nous apportons aux chercheurs de l’Université de Nantes notre expertise en matière d’habitat. Dès qu’un point nous chiffonne, sur le temps de séchage du béton ou encore sur la gestion de l’humidité, on rapporte cette information afin d’améliorer le dispositif", souligne Franck Albert, chargé de communication pour NMH.

Car pour lui, "tout le monde peut faire de l’impression 3D aujourd’hui. On l’a bien vu avec la vidéo qu’on fait circuler les Russes (voir vidéo ci dessous). C’est très bien sur le plan technique mais si vous n’avez pas de garantie décennale en France pour votre logement, vous n’obtenez pas d’assurances. Et sans assurances, impossible de le mettre sur le marché."

Une expérience coûteuse

Pour relever son défi, Nantes Métropole Habitat travaille avec la société Yhnova, à l’origine de l’imprimante géante. Si à terme, tout le monde espère que le procédé permette de fabriquer des logements rapidement et pour moins cher, sur cette première expérimentation il n’en sera rien. "Pour l’instant, la construction de cet habitat nous coûte 30 % de plus que ce que l’on dépenserait pour une maison classique du le parc social", assure Marc Patay. Une souplesse que s’autorise l’organise, aidé par la Caisse de Dépôts sur cette opération dans le cadre de son soutien aux projets liés aux Villes Intelligentes.

Les bailleurs publics espèrent ainsi contribuer à faire avancer l’état des connaissances sur l’impression 3D. Et pourquoi pas mettre au point la formule magique, dans les années à venir, pour construire vite, bien et pour pas cher.

Ludovic CLERIMA
 

Commentaires

    Soyez le premier

Ajouter un commentaire

    ###ERRORS###
    •  
    * Champs obligatoires
    Le champ email est obligatoire. L'adresse email saisie est invalide. Le prénom est obligatoire. Le nom est obligatoire. Le message est obligatoire. Le champ "Email de votre ami" est obligatoire. L'adresse email de votre ami est invalide.