Bernard Cadeau : « Il faut soutenir l'ancien pour débloquer le marché »
  • Localisation Exemples :  5775015Niceétranger
    • Pièces :   
    • Surface :   
    •  m²
    •  
    •  m²
  •  
    • Budget :   
    •  €
    •  
    •  €
CLUB IMMO

Bernard Cadeau : « Il faut soutenir l'ancien pour débloquer le marché »

Publié le 03/09/2014

Quelques jours après les annonces gouvernementales pour la relance du logement, Bernard Cadeau fait le point sur un marché qui s'enlise et tire la sonnette d'alarme. Interview Olivier Marin.

 

 

Club Immo : Les annonces de Manuels Valls pour relancer le logement vous ont-elles séduit ? 

Bernard Cadeau : Je n'irai pas jusque-là mais je salue la performance. A un moment donné,  Il faut être pragmatique et réaliste. Ne pas nier la réalité d'un marché qui est bloqué. Et ne pas nier surtout les fondamentaux des lois économiques. S'il y a une tension sur le marché que nous déplorons, si la pression est forte sur les prix, c'est que malheureusement, il y a toujours un déséquilibre criant entre l'offre et la demande de logements et c'est la condition sine qua non pour faire durablement baisser la pression sur les prix.  Les investisseurs ont besoin de retrouver confiance et le dispositif d'investissement locatif permettant de louer à ses ascendants/ descendants dans le neuf, est un point positif. Quant aux loyers,  ce n'est pas en les encadrants que l'on va faire baisser les prix. En revanche, l'ancien a été une fois de plus oublié et négligé dans les mesures de relance. Pour notre part, nous proposons de mettre en place un statut fiscal du bailleur privé, d'étendre le prêt à taux zéro dans l'ancien à toutes les transactions et enfin d'exonérer de droits de succession à ceux qui achèteraient et mettraient en location un appartement dans les deux ans qui viennent. L'ancien est mobilisable rapidement.

Vous sortez cette semaine votre baromètre sur l'état du marché,  comment se porte-t-il?

Premier constat de notre baromètre, une baisse importante du volume des transactions. Nous sommes à – 10,5 % de ventes entre le premier et le deuxième trimestre 2014. Nous avions déjà tiré la sonnette d'alarme à l'époque de la mise en place de la loi ALUR. Cette inflexion constatée à partir du 2ème trimestre se traduit par un allongement des délais de vente. La barre des 100 jours est dépassée sur les 8 premiers mois de l'année. L'état de santé du marché est également révélé par le délai de concrétisation des ventes. Entre le début avril et aujourd'hui, celui-ci est passé de moins de 7 jours à plusieurs semaines, du fait du nombre croissant de documents à rassembler pour la signature d'un avant contrat de vente de bien en copropriété. Il est urgent de prendre des mesures afin de fluidifier le marché.

Comment évoluent les prix ?

Il y a une baisse tendancielle, légère des prix avec des disparités régionales. Par exemple Lille et Marseille enregistrent des baisses comprises en moyenne entre – 4 % et – 6% sur les prix moyens au m2 des appartements anciens tandis que Lyon s'affiche à + 1% et Paris à – 0,8 %. Les mouvements sont différents selon les métropoles  mais pas question que les prix soient corrigés de 30 % comme j'ai pu l'entendre ici où là. L'ajustement des prix se poursuit, l'écart entre le prix de mise en vente par le vendeur et le prix réel de vente, diminue. Les vendeurs sont plus réalistes.

Les prix peuvent-ils repartir à la hausse en 2015 ?

Je n'y crois pas en raison du pouvoir d'achat des ménages qui est en berne. Si l'acheteur ne peut aller au-delà d'une certaine valeur  à proposer au  vendeur, les prix n'augmenteront pas.  Nous sommes dans une période où les taux sont historiquement bas et pour autant le marché est bloqué. L'augmentation massive des prix n'est pas pour demain. Par contre, je crains que d'ici la fin de l'année le marché peine à repartir si l'on ne prend pas des mesures d'urgence comme la simplification du process de vente.

Auteur :  Olivier Marin

Commentaires

  • pueyo - ( 05/09/2014 à 12:50 )

    et M..r.e pour ceux qui louent depuis des annees payent foncier et etc et qui eux auront droit au bout aux droits de successions


Ajouter un commentaire

    ###ERRORS###
    •  
    * Champs obligatoires
    Le champ email est obligatoire. L'adresse email saisie est invalide. Le prénom est obligatoire. Le nom est obligatoire. Le message est obligatoire. Le champ "Email de votre ami" est obligatoire. L'adresse email de votre ami est invalide.