Explorimmo  >  Conseils  >  Guide Immobilier  >  Investissement, Patrimoine et Fiscalité  >  Défiscalisation  >  Investir dans une résidence étudiante

Investissement immobilier residence etudiants

Investir dans une résidence étudiante

Avec les difficultés que rencontrent les étudiants pour se loger, c’est tout un marché de l’immobilier qui reste à développer.

Autres articles
Louer un bien pour mieux en amortir l’achat
L’union entre solidarité et immobilier reste possible
La loi Malraux
Investir en LMNP ?
Investir en LMP ?
Contribuer au développement du tourisme rural
Du vieux avec travaux, c’est moins d’impôts !
Investir dans une maison médicalisée
Le soleil, c’est bon aussi pour le capital !
Investir dans une résidence étudiante
Articles sur le même thème
Le paquet fiscal entre les mains des sénateurs
Le soleil, c’est bon aussi pour le capital !

La France compte plus de trois millions d’étudiants et, chaque année, pour bon nombre d’entre eux, la quête d’un logement est un véritable chemin de croix. Comme le marché traditionnel de la location reste tendu, des solutions alternatives continuent de se développer à l’instar des résidences étudiantes. Le principe étant d’y regrouper des logements et des services, le tout dans des espaces intégrés à des agglomérations importantes. Il y a donc en l’état des possibilités d’investissement dans le logement neuf à examiner.

 

Conseil n°1 : définissez soigneusement votre projet

 

Attention, ne vous attendez pas à des réductions d’impôts comme celles proposées dans d’autres dispositifs, tels que le « Borloo neuf », le « Robien recentré » ou le « Girardin ». Si l’investissement dans une résidence étudiante vous intéresse, il est impératif de prendre en compte plusieurs éléments clefs.

 

AVANTAGES FISCAUX

Ces logements se trouvent en résidence avec services ce qui vous permet de bénéficier du dispositif de loueur de meublé non professionnel dit LMNP. En effet, le LMNP n’est pas destiné aux personnes fortement fiscalisées. C’est un investissement ayant pour but d’apporter un revenu complémentaire et de se forger un patrimoine. En fait, l’État vous permet principalement d’imputer les déficits de l’activité de votre revenu global. Enfin, l’entrée dans le dispositif est reconnue seulement aux personnes qui réalisent moins de 23 000 euros de recettes annuelles au titre de l’activité de loueur ou en retirent au moins de 50 % de leur revenu. 

 

Conseil n°2 : prévoyez des garanties pour les loyers

 

Bien qu’il y ait pénurie de logements, les étudiants - et notamment les plus solvables - restent exigeants et ne souhaitent pas être coupés du monde. Donc, le lieu d’implantation d’une résidence étudiante doit être le plus pertinent possible. À proximité d’un campus mais aussi dans une zone desservie par les transports en commun.

 

CAUTION DES PARENTS

Étant le plus souvent sans revenu régulier, les étudiants peuvent être perçus comme une population à risque en termes de paiement de loyer. Souvent, les parents se portent caution pour leur progéniture.

 

Quand ce n’est pas le cas, les étudiants peuvent bénéficier d’aides financières pour le paiement de leur loyer, comme le Loca Pass. Vous pouvez aussi vous-même souscrire un contrat de garantie risques locatifs dit GRL. Avant d’agir, prenez le temps de vous renseigner.

Newsletter

Je m'abonne
Newsletter

Recevez chaque semaine les news de l'immobilier !

A voir